6 Septembre 2016

Ses objectifs

em_iss.jpg

L’astronaute de l’ESA Thomas Pesquet s’envolera bientôt dans l’espace pour une mission de longue durée, lors de laquelle il mènera à bien de multiples activités scientifiques et pédagogiques. Pendant six mois, son domicile et son lieu de travail se trouveront à quelque 400 kilomètres au-dessus de la Terre. Thomas sera ingénieur de bord de la Station spatiale internationale (ISS) pour les expéditions 50 et 51.

La science sera au coeur de la mission Proxima. Thomas réalisera des expériences très variées à bord de la Station spatiale internationale, cet avant-poste de recherche exceptionnel, qui est un véritable tremplin pour l’exploration humaine de l’espace.

p8239_71c86c4657fd14b766f1ea1c442abafbPESQUETentrainement.jpg
Certains astronautes suivent une formation médicale. Ici, Thomas Pesquet apprend à faire des points de suture © ESA Crédits : © ESA

Proxima en bref

  • Site de lancement Baïkonour, Kazakhstan
  • Lancement
    15 novembre 2016
  • Amarrage
    15 novembre 2016
  • Atterrissage
    15 mai 2017
  • Vaisseau Soyouz MS-03
  • Lanceur Soyouz FG
  • Durée de la mission
    6 mois
    (données de juin 2016)

La science européenne dans l’espacE

La mission Proxima marquera un temps fort pour la communauté scientifique européenne. Thomas contribuera à 62 expériences coordonnées par l’ESA et le Centre national d'études spatiales (CNES). Ces expériences viseront à faire avancer la connaissance du corps humain, la physique et la biologie, et à démontrer de nouvelles technologies à bord de la Station spatiale internationale. Comme lors des missions françaises précédentes à destination de la station spatiale russe Mir et de la Station spatiale internationale, l’accent sera mis sur la physiologie humaine. Les scientifiques espèrent parvenir à en savoir plus sur les compétences cognitives et motrices, ainsi que sur les os et la santé musculaire, dans la perspective des futures missions d’exploration de l’espace.

Thomas utilisera au maximum les installations scientifiques de l’ISS et effectuera des expériences précieuses pour l’Europe dans le laboratoire européen Columbus. Les résultats bénéficieront aux habitants de la planète et apporteront des informations utiles pour les futures missions d’exploration spatiale.

Thomas ne contribuera pas uniquement à la science européenne. Pendant sa mission Proxima, il prendra part à près de 55 autres expériences des agences spatiales américaine, canadienne et japonaise.

Thomas Pesquet témoigne :

Si nous partons dans l’espace, ce n’est pas pour nousmêmes, mais parce que nous croyons que c’est utile pour tout le monde sur Terre. C’est une aventure collective, née des rêves et du travail d’une multitude de personnes. C’est pourquoi je tiens à la faire partager au plus grand nombre.

Des chercheurs examineront le cerveau, les os et les muscles de Thomas pour étudier l’impact des vols spatiaux sur les êtres humains. L’astronaute français testera une nouvelle génération de capteurs médicaux qui trouveront des applications aussi bien dans l’espace que sur Terre.

Publié dans : 
A propos de :